Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Atlantic Council : Table ronde avec Moïse Katumbi

Le jeudi 16 février, le Centre africain du Conseil de l'Atlantique a accueilli Moïse Katumbi, candidat d'opposition à la présidence de la République démocratique du Congo (RDC) et ancien gouverneur de la province du Katanga, pour une table ronde sur l'évolution de la situation politique dans le pays.

Le vice-président et directeur du Centre pour l'Afrique, J. Peter Pham, a souhaité la bienvenue aux participants et a présenté Katumbi.

Dans son allocution, Katumbi a fait le point sur son retour prévu en RDC dans les prochains jours, à la suite d'un examen par la CENCO de sa condamnation pour accusations de fraude largement considérées comme des inférences politiques dans le système judiciaire. Katumbi a déclaré que son travail est le mieux servi avec le peuple congolais et a déclaré qu'il se conformera à la décision de CENCO indépendamment du résultat. Il a exprimé son espoir de progresser dans le processus démocratique congolais et attend avec impatience des élections libres et régulières et la première transition pacifique et démocratique du pouvoir en RDC. Selon Katumbi, l'accord de CENCO confère à Kabila une légitimité et tout autre manquement à l'accord entraînerait la perte de l'autorité interne du président. Enfin, il a déclaré que l'opposition a respecté les termes de l'accord CENCO en fournissant Kabila avec un candidat pour le Premier ministre. Katumbi a appelé le président Kabila et son gouvernement à faire de même.

La discussion qui a suivi a porté sur le choix du moment du retour du gouverneur de Katumbi, sa sécurité à l'arrivée dans le pays et la décision en suspens sur sa condamnation, des estimations récentes sur le coût gonflé des prochaines élections par rapport à celles des années précédentes Des évêques et de la communauté internationale dans l'application de l'accord CENCO et des repères pour le progrès du gouvernement Kabila sur le respect de ses termes.

Parmi les participants, figuraient l'Ambassadeur Herman Cohen, ancien Secrétaire d'Etat adjoint aux affaires africaines; Le lieutenant général William Ward, ancien commandant de l'AFRICOM; Et l'ambassadeur William Garvelink, ancien ambassadeur des États-Unis en RDC. Parmi les autres participants au débat, mentionnons des représentants actuels et anciens du gouvernement des États-Unis, ainsi que des représentants d'organisations universitaires américaines et de la société civile.

 

ATLANTIC COUNCIL

www.atlanticcouncil.org