Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



De quoi parlera Kabila devant le congrès lui qui est réputé comme le mal congolais?

Joseph Kabila disjoncte et a perdu la tête. Même son entourage, ne le cerne plus. Car, il est dépassé par les événements. Kabila dit dans un communiqué lu à la télé milles Rtnc, qu'il se porte garant d'y remédier à la crise politique qui secoue la Rdc. En promettant sous peu de tenir un discours devant le congrès, les deux chambres du parlement réunies. La question qui se pose ici, comment kabila peut-il endosser le costume de sapeurs-pompiers alors que celui qui est à la base de la crise.

S'il faut le dire, en termes plus clair, c'est kabila la crise, soit le mal congolais, à la suite de sa volonté délibérée de ne vouloir pas organiser les élections. Une autre bourde, kabila dit vouloir s'adresser aux deux chambres du parlement réunies en congrès. De quel congrès Kabila fait -il allusion ? Il oublie que lui et les parlements dont il fait allusion sont illégitimes comme lui, depuis le 16 février 2017. Voilà comment est-ce que kabila est rattrapé par ses propres turpitudes politique. Pour ça les élus de l'opposition disent déjà rejeter le discours de Kabila. Car, pour eux, rien alors rien ne sortira du speech de kabila. La seule option qui est envisagé par les opposants reste la rue, que kabila n'aime pas voir gronder.

En 2015, en janvier, Kabila avait fait fi de la rue. Mais quand celle-ci avait grondé, kabila était rentrer dans ses petit bottes en intimant à Minaku, qui s'était caché chez un petit Libanais et à Kengo de sursoir la loi machiavélique de Boshab alors, ministre de l'intérieur, laquelle proposition de loi, conditionné, le recensement aux élections. L'histoire va se répéter, dans quelques jours ici, avec la marche de protestation que l'opposition projette le 10 avril. Pour ça, les opposants ne donneront pas un chèque à blanc à kabila. La rue va tellement gronder que le minuscule dictature kabila va se retrancher dans son petit village au Rwanda.

 

JACKSON MUSONDA

Journaliste d'investigation et indépendant