Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Décrispation ou chantage politique

Kabila croix qu'il est toujours le Président élu de la R.D. Congo et avec les soutiens de ses faucons et qu'il peut encore glisser jusqu'à en 2018.Selon nôtre source à la Présidence de Mr Kabila, celui-ci ne veut rien entendre depuis que l'étape de 19 décembre 2016 est dans l'histoire de la politique Congolaise. La source à demander que Katangapost.com puisse vérifier pourquoi au chapitre 5 de la décrispation politique rien ne marche malgré que les parties prenantes à l'accord prennent acte de la mise sur pied effective d'une commission de Haut Magistrat pour un examen minutieux, au cas par cas, des dossiers des prisonniers politiques et d'opinion.

Et en ce qui concerne le cas de E. Diomi, les parties prenantes demandent à la CENCO de prendre des initiatives en vue d'une solution appropriée et satisfaisante. Mais cependant dans l'intérêt supérieur de la nation, les parties prenantes, à l'exception de la MP, c'est à dire le Rassemblement, l'opposition et la société civile signataires de camps Tshashi ont accepté que la CENCO puisse poursuivre ses bons offices auprès de toutes les autorités concernées pour le suivi et la résolution effective des cas emblématiques restants, à savoir : Messieurs Moise Katumbi Chapwe et Jean Claude Muyambo afin qu'ils recouvrent leur liberté. Ainsi, les parties prenantes demandent à la commission de Haut Magistrat de se dessaisir de ces deux cas.

Une source a informé Katangapost.com que, c'est une occasion pour Kabila et ses faucons d'exiger à la communauté internationale de lever les mesures de sanctions infligées contre à ses hommes. Un militaire de la Garde Républicaine est prêt à témoigner au moment opportun. Kabila est allé trop loin en disant que les métis ne peuvent pas se jouer de moi ! Ce qui est vrai pour la Rédaction de Katanga Post les deux métis sont de véritables Leaders Katangais et Congolais qui font peur au dernier petit dictateur Joseph Kabila et ses faucons. Dossier à suivre.

 

SISCO MAYALA

Journaliste d'investigation et indépendant