Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Le déroulement du procès Jean Claude Muyambo contre le ministère public et la prétendue partie civile Stoupis

A l'appel de la cause, toutes les parties étaient présentes, la partie civile représenté par ses conseils KAMUKUNI, MBERE, TSHIMKWAMI etc. et Le Prévenu à comparu, sous réserve de la saisine du Tribunal, en personne assisté de ses conseils habituels. A la grande surprise le Tribunal s'est déclaré saisi; c'est alors que le Bâtonnier Jean Claude Muyambo va prendre la parole et releva les irrégularités contenues dans la citation à comparaître lui signifié le 14 Janvier 2017 pour comparaître le 24 Janvier 2017. Les irrégularités dont question violées les dispositions de l'article 57 du Code de Procédure Pénale Congolaise.

Les conseils du Bâtonnier Jean Claude Muyambo ont à leurs tours développer les moyens légaux, jurisprudentiels et doctrinaux prouvant que le Tribunal ne devait pas se déclaré saisi mais devais plutôt rabattre sa saisine et renvoyé l'affaire a une date certaine afin de permettre au Ministère Public de régulariser la procédure à l'égard du prévenu personnel de Monsieur Joseph Kabila, Président illégal et Illégitime de la République Démocratique du Congo. Malgré les efforts fournis par les conseils du Bâtonnier Jean Claude Muyambo, le Tribunal est passer outre cela en se déclarant à tort saisi.

Devant une telle injustice, le Batonnier Jean Claude Muyambo n'avait d'autres choix que de se retirer car il était devant une composition qui le considérait comme un agneau amener à l'abbatoire pour y être égorgé. Quelques heures après, il s'est décidé de revenir à la barre afin de se défendre quant au fond malgré les irrégularités; l'Officier du Ministère Public MWEKASSA s'est permis de demander aux prisonniers qui assurent la sécurité lors des audiences de faire sortir, le Batonnier Jean Claude Muyambo et ses conseils de la salle en lingala en ces termes : "LONGOLA BANGO" devant plusieurs témoins car l'audience était publiques et le Batonnier Jean Claude Muyambo à même réagit à cette façon d'agir de l'OMP qui n'honore pas le magistrature congolaise malgré tout les maux qui rongent ce corps.

Autres faits étaient de constater la complicité qui existaient entre le Ministère Public, le Tribunal et la Partie Civile au point que le Tribunal ça demander au Ministre Public si il pouvait donner ses réquisitoires à cette même audience. On se demande si réellement, les magistrats congolais sont aux services de la Justice ou des individus?

Affaire à suivre ……

 

SISCO MAYALA

Journaliste d'investigation et indépendant