Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Le ministère public a requis par défaut 10 mois contre Jean Claude Muyambo

Le Ministère public a requis dix mois d'emprisonnement par défaut contre Jean Claude Muyambo, accusé injustement d'avoir vendus des biens soit disant appartenant à l'escroc Alexandre Stoupis. Le Tribunal de paix de Ngaliema n'a pas encore donné son jugement soit tranchée sur cette affaire. Elle a pris l'affaire en délibéré pour rendre son jugement dans le meilleur délai de la soit dans 8 jours.

La partie civile, conduit par l'avocat et agent de l'ANR avait tenté coûte que coûte obtenir la condamnation de Muyambo. Pendant sa plaidoirie Muyambo et son conseil ont soulevé une irrégularité sur le saisine qui viole l'article 57du code de la procédure pénal. Irrégularité, qui a été avait poussé Muyambo et son conseil de quitter la salle de l'audience, du fait que le Tripaix avait rejeté l'exception soulevé par Muyambo et son conseil en se déclarant valablement saisie.

Malgré l'irrégularité soulevée, le Tripaix /Ngaliema a instruit le dossier au fond en refusant de statuer sur l'exception soulevé par la partie du prévenu. Comprenez que Muyambo a été refusé de présenter ses moyens des défenses sur les fait imaginaires sur lesquels il est poursuivi. La partie civile représentant, le malléable Stoupis a été incapable de prouver à au avec pièces à conviction les griefs auxquels Muyambo est poursuivi sur l'abus des confiances, menaces et détention arbitraire des documents. L'agent double Kamukuni et ses complices ont même avoué devant le Tribunal qu'ils ne détenaient pas certains actes des ventes des maisons de Stoupis que Muyambo aurait vendu. Et c'est pendant plus de 6 heures du temps de procès que Kamukuni n'a pas su convaincre le Tribunal sur cette affaire montée de toute pièce et boutique par le régime pour ternir l'image de Muyambo.

 

SISCO MAYALA

Journaliste d'investigation et indépendant