Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Les jeunes de SCODE exigent la libération de leur président Jean-Claude Muyambo Kyassa

LE PRESIDENT KABILA DOIT ADMETTRE QUE MUYAMBO EST SON PRISONNIER POLITIQUE. UN APPEL A UNE SOLIDARITE GENERALE LANCE A TOUS LES JEUNES CONGOLAIS POUR DES MARCHES PACIFIQUES QUI PARTIRONT DE MATSHIPISTHA EN DATE DU 23 JANVIER 2017.

Réunis lors de la réunion extraordinaire de mobilisation, les jeunes de SCODE, Parti cher à Jean-Claude MUYAMBO KYASSA exigent la libération sans condition de leur Leader Jean-Claude MUYAMBO. Pour eux, leur Leader est un prisonnier politique à l’instar d’autres. Par conséquent, MUYAMBO, dans le cadre de la décrispation de la scène politique doit être libéré comme Roger LUMBALA et Mbusa NYAMUSI.

Seulement, les jeunes de SCODE sont étonnés de voir pour Leader continuer à croupir dans les geôles du Président Kabila. Devant cette attitude négativiste de la part du Président Kabila et malgré les recommandations faites par la CENCO d’examiner cas par cas en ce qui concerne Muyambo et Moise KATUMBI, les jeunes SCODE lancent un appel patriotique à tous les autres jeunes congolais épris de liberté, de démocratie et de patriotisme, de se joindre à eux afin d’organiser des marches pacifiques qui partiront de MATSHIPISTHA dans la commune Katuba à partir du 23 janvier 2017 pour réclamer la libération de leur Leader Jean Claude MUYAMBO.

Les jeunes de SCODE se disent exaspérés par la longue détention de leur Leader sans jugement. Deux ans durant, Muyambo est entrain injustement de subir l’acharnement du pouvoir Kabiliste. Son seul tort c’est d’avoir dit tout haut qu’on doit respecter la constitution. Aujourd’hui, c’est le crédo de tout le monde. Le président Muyambo disent-ils ne doit pas rester en prison par la volonté d’un camp qui ne veut pas le voir libre. Jusqu’ici, s’étant toujours comporté en démocrates et patriotes, les jeunes de SCODE pensent que cela ne doit pas être considéré comme une naïveté ou un manque de courage politique mais tout simplement parce qu’ils sont légalistes. C’est pourquoi, ils ont décidé de briser le silence, et de faire entendre leur voix.

Car contrairement à tout ce que qui se dit autour de l’incarcération de leur Leader Muyambo, ce dernier est un prisonnier politique et par conséquent, il doit être libéré comme les autres en vertu des accordes signés sous l’égide de la CENCO. Chercher à incriminer le président Muyambo pour des raisons autres que politiques, disent-ils, cela doit être qualifié d’acharnement et en revanche disent les jeunes de SCODE, ils ne le tolèreront jamais. C’est pourquoi, ils ont décidé de passer à l’offensive pour que leur Leader soit libéré sans condition. Car estiment-ils toujours que MUYAMBO est un prisonnier de joseph Kabila et non de la Nation Congolaise.

Pour eux, ils vont lancer une campagne de mobilisation et de lobbying afin que le camp qui a décidé de garder arbitrairement leur Leader Muyambo en prison comprenne que la République Démocratique du Congo ne doit pas être prise en otage par un groupe d’individus qui exercent leur dictat sur les autres. La RDC est un pays démocratique ou chaque citoyen jouit des droits et obligations tels que définit par la constitution ont-ils fait savoir par la presse.

Alors, chercher par tous les subterfuges à garde le président Muyambo, cela doit être considéré comme une violation flagrante de la constitution, disent-ils. Le président Kabila qui se dit garant de constitution est appelé à la respecter. Et non chercher à faire 2 poids 2 mesures. On libère les uns mais on continue à garder les autres prisonniers pour des raisons inavouées, clament les jeunes de SCODE, car dans un pays de droit, la loi doit être appliquée de la même façon à tous les citoyens d’où leur colère d’en finir une fois pour toute avec l’injustice infligée à leur président national.

Ainsi les jeunes de SCODE considèrent la détention prolongée et illégale de leur président comme un acte de provocation et par conséquent, ils demandent à tous les congolais épris de justice et à tous les partis politiques présents aux assises du dialogue initié par la CENCO d’exiger la libération de Jean Claude Muyambo comme décidé dans leur délibération. Ne pas le faire et laisser le champ libre à la majorité présidentielle de se considérer comme ayant tout-à-dire et les autres non, est une atteinte grave aux libertés individuelles. Cela, les jeunes de SCODE, ne peuvent l’accepter. D’où ils sont décidés d’aller jusqu’au bout dans leurs actions pour faire libérer Muyambo.

 

PAPY NYANGE

Journaliste