Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Les zozos de la MP ne reconnaissent plus l'Accord de la CENCO

C'est presque un volte-face des zozos de la majorité présidentielle qui ne veulent plus reconnaître l'accord de la CENCO et qui exigent la tenue d'un troisième dialogue sous les auspices de Marini Bodho. C'est ce qui se discute à Procoki, centre du gouvernement parallèle situé à Utexafrica. Ce revirement à 90 degrés des zozos de la MP étaient prévisibles.

Le drôle de coco de Kokonyangi, un cadre de la MP sans bases était le premier de monter au créneau via une conférence de presse pendant laquelle il a insulté les évêques à exiger un troisième dialogue sans évoquer les motifs. Bien que contredit par Mende qui avait laissé entendre dans un média de la périphérie de Kinshasa que les propos de Kokonyangi n'engageait pas la MP, encore moins le gouvernement, la famille politique de Joseph Kabila, fin mandat, a campé sur sa décision celle de rejeter l'accord de la CENCO pour un troisième dialogue.

Aubin Minaku, Secrétaire général de la famille politique du Président sortant et fin mandat, a réitéré cette volonté machiavélique de cracher sur les efforts des prélats catholiques et de la bonne foi du Rassemblement qui se sont montrés conciliants envers Joseph Kabila dont le mandat a expiré depuis le 19 décembre 2016. Pourtant, sur cette question, le Rassemblement ne voulait faire aucune concession avec Kabila.

Alors quand la MP se rebiffe sur un accord sur lequel elle-même a signé, cela s'appelle de la mauvaise foi. Mauvaise foi dans l'idée où la famille politique de Kabila veut embrasser le pays et mettre un chaos indescriptible en RDCongo. Sur ce, le Rassemblement ne se laissera pas faire surtout qu'il a le soutien du peuple qui ne veut plus voir la tête de Joseph Kabila au sommet de l'Etat. Àubin Minaku de savoir que le peuple est prêt à changer Kabila du pouvoir à la suite de son engagement patriotique. Si Minaku en veut être l'auteur de l'embrasement du pays, il subira les conséquences comme son collègue Boshab qui est sous le coup des sanctions américaines.

Par ailleurs, nul n'ignore que Marini Bodho a déclaré tout haut un jour devant le mausolée de feu Laurent-Désiré Kabila son souhait de voir Joseph Kabila rester au pouvoir le plus longtemps possible, parce que lui-même Marini s'est cramponné à son poste à la tête de l'Eglise protestante où il s'est permis de détourner de l'argent.

 

SISCO MAYALA

Journaliste d'investigation et indépendant