Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Mexique : vague de manifestations contre la hausse du prix de l'essence

Les protestations se multiplient au Mexique, depuis que le prix de l'essence a augmenté de 20% (et le diesel de 16%). Cette mesure a été mise en place dans le cadre de la dérégulation du secteur de l'énergie. Jusqu'à maintenant, les prix du gasoil étaient subventionnés par l'Etat. Mesure très impopulaire qui a provoqué des manifestations, des pillages et des violences.

Entre 15 000 et 18 000 personnes étaient réunies pacifiquement sur la Grande Place de Monterrey, jusqu'à ce que cela dégénère. Qui de la police ou des manifestants a commencé à charger, difficile à dire. Mais les images tournées dans des dizaines de villes du pays montrent partout des mobilisations très suivies, et parfois des affrontements très violents à base de gaz lacrymogènes, de matraquages, et de jets de pierres. Plusieurs personnes ont été blessées, des centaines arrêtées. Cette vague de protestation contre l'augmentation du prix de l'essence a provoqué des vols dans les stations-services et des pillages dans près de 1 000 petits et grands magasins.

L'opposition demande le retrait de la réforme

Dans son message de Nouvel An, le président Pena Nieto a défendu sa réforme : il indique que le maintien d'un prix du carburant subventionné, plus bas que le prix du marché international, aurait fait perdre cette année encore l'équivalent de 9 milliards de dollars à l'état mexicain.

L'opposition, elle, dénonce cette mesure : « Il va y avoir des hausses de prix dans les transports, les produits alimentaires vont être plus chers, les services aussi ! Ce qu'on demande au gouvernement c'est le retrait de la réforme énergétique et le retour aux prix de 2016 en ce qui concerne les carburants », estime Agustin Guerrero Castillo, dirigeant du parti d'opposition de gauche.

D'innombrables routes, autoroutes, stations-services, ainsi que onze terminaux de stockage pétroliers sont bloqués par les manifestants. Des blocages qui s'inscrivent dans une série de manifestations depuis trois ans. Avant la réforme énergétique, il y a eu les réformes du marché du travail, de l'éducation et du secteur bancaire. Toutes ont été vigoureusement contestées

 

RFI

www.rfi.fr