Tel: +31 68 50 21 030 | Mail: katanga.post243@gmail.com



Vente publique du bureau de la Gecamines a Bruxelles

Après avoir examiné l’ensemble des licences et partenariats de la Gécamines, l’ONG aurait évalué à une centaine le nombre de permis détenus par la société d’Etat, alors que le code minier congolais fixe le maximum à 50 par entreprise. Le Carter Center n’est pas le seul à soupçonner des déviances dans la gestion de la Gécamines.

Fin décembre, le New York Times avait dévoilé une avance irrégulière de 95,7 millions $ faite par la compagnie à la Banque centrale du Congo-K, dont Albert Yuma est administrateur. De plus, l’ONG Enough Project — fondée par John Prendergast , ex-directeur des questions Afrique du National Security Council à la Maison-Blanche —, et le Natural Resources Governance Institute (NRGI) dénoncent le manque de transparence des comptes de la société. Le NRGI affirme par ailleurs que la Gécamines agit comme un concessionnaire minier parallèle au ministère des Mines, contrevenant à la loi en sélectionnant elle-même ses partenaires.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Monsieur Albert Yuma Mulimbi est un intouchable qui est versé dans beaucoup de combines minières pour servir les intérêts personnels de Joseph Kabila. Ainsi, on aura beau décrié la spoliation de biens de l’Etat, mais rien ne va changer aussi longtemps que Joseph Kabila restera au pouvoir.